Yaoi-Mania

Yaoi is the Reason of Men's Existence
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Attention ! Information spéciale : Depuis hier le site de FF.net est en pleine restructuration et commence à supprimer toutes les fictions à caractères violent, sexuel explicites ainsi que les songfics et bien d'autres. Une seule solution pour protéger votre site préféré : Signer la pétition contre la censure de FF ! Cliquez nombreux pour défendre notre liberté d'expression !! Rendez vous Ici pour un débat sur cette nouvelle révoltante.
Nouvelle règle : Il est à présent OBLIGATOIRE de faire sa présentation iciavant de parcourir le Forum, les membres ne s'étant pas présenté au maximum 30 jours après leurs inscriptions seront supprimés Et n'oubliez surtout pas de mettre le code contenu dans le règlement !

Partagez | 
 

 Jizzlobber - Les Affres du Somnambulisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jizzlobber
Yaoiste Confirmé
Yaoiste Confirmé
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 31/07/2011
Age : 21
Localisation : Aix-en-Provence

MessageSujet: Jizzlobber - Les Affres du Somnambulisme   Ven 4 Nov 2011 - 20:45

Jizzlobber - Les Affres du Somnambulisme


Prélude


Auteur : Jizzlobber
Titre : Les Affres du Somnambulisme
Univers : Harry Potter
Rating : T
Type : One Shot
Couple : Albus Severus/Scorpius
Résumé : Albus a de la fièvre et aimerai bien que quelqu'un vienne le réchauffer, pendant qu'un certain Serdaigle blond est en proie à une crise de somnambulisme.
Disclammer : Tout à JKR


Les Affres du Somnambulisme


Il grelottait. Il faisait froid, si froid…

Pourquoi personne ne rajoutait-il des bûches dans la cheminée ?

Il se recroquevilla un peu plus, cherchant désespérément la maigre chaleur que son corps pouvait encore lui offrir.

Le froid glacial, rampant et sournois, le tétanisait un peu plus chaque seconde.

Pourquoi cette couverture était-elle aussi légère ?

Il se redressa complètement, se roula en boule, blotti sur le lit, et souffla sur toutes les parcelles de peau à sa portée.

Il s'étonnait de ne pas voir de vapeur d'eau s'échapper de ses lèvres bleuies.

Que lui avait-il pris d'accepter le lit à l'angle du mur ? C'était moins bien chauffé de tous les cachots, il en était intimement convaincu. Sinon, comment les autres pouvaient-ils dormir si paisiblement, alors que le moindre geste lui était douloureux ?

Il avait de plus en plus froid.

Ses doigts s'ankylosaient et il et parvenait à peine à les remuer.

Le corps crispé, grelottant, il décolla ses lèvres difficilement et chuchota, priant pour que quelqu'un l'entende : « j'ai froid… »

Il attendit pendant ce qui sembla une éternité, mais qui aurait pu ne durer que quelques minutes, priant intérieurement pour que son calvaire s'arrête.

Sa respiration oppressée se faisait de plus en plus rauque et laborieuse. Il se sentait plonger dans une léthargie brumeuse, il tenta sans succès de changer de position.

« J'ai froid… »

Ce n'était plus une constatation mais une supplique.

Il avait l'impression qu'il allait mourir, là, comme un petit glaçon stupide.

Il bascula en avant et retomba lourdement sur le matelas.

Il ne tentait même plus d'empêcher ses dents de s'entrechoquer.

Son esprit répétait une litanie de « j'ai froid », comme une machine cassée.

Il commençait, malgré son extrême inconfort, à sombrer dans le sommeil.

Mais dans son engourdissement lourd, à la frontière indistincte qui sépare les songes de l'éveil, le dortoir sombre et glacé prenait des airs de mauvais rêve. Enfermé dans une prison noire, il ne pouvait s'échapper. Il marchait le long d'immenses couloirs sans jamais en voir la fin. Il se laissa tomber en arrière et sa tête percuta un obstacle humide, le mur. Il n'avait pas bougé. Il délirait, entortillé dans les draps emmêlés.

Il n'était pas dans sa chambre, et c'était un cauchemar et il avait si froid.

Plus rien ne semblait réel, excepté son angoisse irraisonnée.

Pourquoi la veilleuse du couloir jaune n'était-elle pas allumée ?

Il serra son oreiller dans ses bras.

Il voulait les caresses de sa mère, et sa peluche de Sombral.

Il avait oublié toutes ces choses simples et rassurantes, comme la lueur de l'aube, la lumière du soleil, la chaleur d'un feu.

Il se concentra sur l'odeur de menthe fraîche qu'il venait de percevoir.

Il fait si froid.

L'odeur mentholée se faisait de plus en plus insistante, jusqu'à l'envelopper totalement.

Il s'immobilisa.

Une nouvelle respiration troubla le silence du dortoir. Il en était certain, ce n'était pas une hallucination cette fois-ci. Son propre souffle se bloqua, puis il poussa une petite plainte en se roulant à nouveau en boule.

Il avait froid.

L'inconnu se tenait devant lui, il ne pouvait pas le voir mais il sentait sa présence.

Il tendit craintivement un bras engourdi, s'assurant que l'ombre n'était pas un énième mirage. La peau était douce et chaude. Il pouvait sentir le sang pulser en dessous et la chair se soulever au rythme du souffle de l'inconnu.

Il toucha la pomme d'Adam qui bougeait lorsque l'autre déglutissait.

La caresse ne dura qu'une poignée de secondes qui suffirent pour le convaincre. L'autre était réel.

Alors il se recula un peu, sans retenir un frisson lorsque le corps s'éloigna.

Le drap se froissa et il sentit le matelas s'affaisser.

Deux bras chauds l'entourèrent et il eut envie de pleurer de soulagement. Mais les grands garçons ne pleurent pas, alors il se colla désespérément à cette source de chaleur inespérée, s'accrochant à son dos, à ses cheveux, entremêlant ses jambes avec les siennes.

Il se sentit soudainement merveilleusement bien. C'était encore mieux que l'étreinte de sa maman pendant un orage.

L'autre torse se soulevait et s'abaissait régulièrement, son souffle tiède caressant le front du jeune adolescent.

Il était peut-être somnambule ?

Une main aux doigts effilés passa doucement dans ses mèches broussailleuses.

Était-ce un comportement habituel pour un somnambule ?

L'autre main, jusqu'à présent posée sagement au creux de ses reins, se faufila sous la barrière de tissu qui recouvrait le dos du Serpentard. Il frissonna à nouveau, sans que, cette fois, la cause n'en soit le froid.

Mu par une impulsion subite, il laissa à son tour ses mains vagabonder sous le vêtement de l'inconnu. Il dessinait des arabesques sur sa peau et faisait lentement glisser son nez contre le cou blanc.

Leurs respirations se firent plus profondes.

Ils finirent par s'endormir, étroitement enlacés.

« Albus ! Que fait ce Serdaigle collé contre toi ? Comment est-il entré ? Par Salazar, pourquoi est-il torse nu ? »

Des glapissements réveillèrent les deux garçons. Albus grogna un peu, l'air hagard, d'immenses cernes violettes sous les yeux.

Scorpius Malfoy se leva, récupéra tranquillement le haut de son pyjama, ignorant les hauts cris qui retentissaient dans le dortoir des deuxièmes années de Serpentard. Il ramassa une cape au blason vert et argent qui traînait sur une chaise, sourit à Albus puis repartit dignement dans sa tour.

Il se dit intérieurement que l'article 93.2 du Code Malfoy® : feindre le somnambulisme à la perfection afin de justifier toute sorte de comportements nocturnes était à peu près acquise. Mais que cela méritait tout de même quelques entraînements supplémentaires. Deux ou trois nuits. Voir même quatre : un Malfoy se doit d'être parfait dans tout ce qu'il entreprend.

Et ce n'était tout de même pas de sa faute si ses pas le menaient vers les cachots, plus particulièrement vers le lit d'un certain brun.

Les crises de somnambulisme, ça ne se contrôle pas.

Review



Place aux Reviews pour la fiction de Jizzlobber



Cliquez pour écrire une Review
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Jizzlobber - Les Affres du Somnambulisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Affres des intempéries hivernales...
» Chhhht ne pas déranger, il est somnambule !
» Ô vieillesse
» Nid de loriots : les affres de la canicule.
» JE SUIS BENI ET APRES?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yaoi-Mania :: Section Ecriture :: Fanfictions :: Harry Potter :: Fictions Terminées-
Sauter vers: